Focus sur le premier Gala des Lauriers de la gastronomie québécoise.

Le Gala des Prix Laurier a eu lieu le 16 avril dernier, dans le Salon 1861 , le Richmond, un lieu parfait pour célébrer la gastronomie pour la première fois dans l’histoire du Québec. C’est dans l’ancienne église Saint-Joseph, dans le quartier montréalais, Petite-Bourgogne, que Christian Bégin est littéralement monté en pour annoncer la bonne nouvelle aux 800 passionnés de gastronomie.

Crédit photo de l’image à la une: Les prix Lauriers

DSC03356

« Célébrons le meilleur de notre culture culinaire. »

Le Gala est une idée géniale de Christine Plante de rassembler des gens afin de célébrer l’une de nos grandes richesses culturelle : la gastronomie québécoise. Une occasion en or pour mettre en valeur les gens passionnés d’ici, les chefs, les sommeliers, les artisans producteurs et autres acteurs de la scène culinaire québécoise. La soirée a permis de découvrir les trésors de notre terroir et de la culture gastronomique tout azimut. « Se doter collectivement d’une grande fête, d’une occasion de se dire bravo, merci, on s’aime! »

FB_IMG_1524305343779

Crédit photo: Productions N2 Facebook Les prix Lauriers

Qui dit gala, dit finalistes et jury! Pour la première édition, une brigade de 1000 personnes de la scène culinaire a déterminé les 90 finalistes. Je vous invite mon précédent compte-rendu pour voir les finalistes: La célébration du meilleur de la culture culinaire: Le 1e Gala des Prix Laurier de la Gastronomie québécoise

Le jury présidé par Stéphane Modat, chef du Champlain et des restaurants Fairmont le Château Frontenac était composé de la porte-parole de l’Association des restaurateurs de rue Gaëlle Cerf, de l’écrivain et enseignant Jean-Paul Grappe, la sommelière Élyse Lambert, du critique Jean-Philippe Tastet, de l’éditeur associé du magazine Ricardo et Eater Montréal Ian Harrison et de la journaliste culinaire Allison Van Rassel a déterminé les lauréats.

Tout le long de la soirée, quinze prix Lauriers ont été remis comme reconnaissance parmi les 90 finalistes issus des quatre coins de la culture culinaire québécoise,

LES LAURÉATS 2018:

Mixologue / bartender de l’année : Patrice Plante, Monsieur Cocktail

Sommelier de l’année : Marc Lamarre, Le Clocher Penché

Événement gastronomique de l’année : Montréal en lumière

Entreprise ou initiative de l’année : La Tablée des Chefs

Prix du tourisme gourmand : Les Événements Prenez le champ avec Julie Aubé!

Artisan de l’année : Anne et Catherine Monna, Cassis Monna & Filles

Producteur de l’année : Miels d’Anicet

Prix Hommage : ITHQ Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec

Prix du service en salle : Alexandre Van Huynh, Montréal Plaza

Food Truck de l’année : Landry & filles

Révélation de l’année : Stéphanie Cardinal, chef de cuisine, Le Vin Papillon

Chef pâtissier de l’année : Patrice Demers, Patrice Pâtissier

Laurier du public : Ricardo

Prix du rayonnement de la culture culinaire de l’année : Normand Laprise

Chef de l’année : Colombe St-Pierre, Chez St-Pierre

Restaurant de l’année : Le Mousso

Parmi les moments forts de la soirée, le premier prix décerné au mixologue Patrice Plante, a.k.a Monsieur Cocktail. Ce passionné s’est donné la mission de faire connaître et démocratiser la mixologie, à travers ses émissions, ses précieux livres et ses produits, créés dans le souci de rendre cet art accessible. D’entrée de jeu, Patrice a indiqué que les gagnants sont les finalistes et tous les autres mixologues qui exercent ce métier.

20180325_153822_HDR

Patrice Plante lors de la 7e édition du FoodCamp de Québec.

Un moment fort du Gala a été l’invitation lancée aux chefs et futurs diplômés ayant étudié à l’ITHQ de monter sur scène et de danser sur l’air de YMCA. I. T. H. Q, une folle idée qui a réveillée Christian Bégin la veille du Gala! L’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ) célèbre ses 50 ans cette année. Les Lauriers ne pouvaient pas manquer cette occasion de rendre hommage à ce fleuron de la gastronomie québécoise. Des grands sont passés par l’ITHQ et étaient présents au Gala. Martin Juneau, Ricardo, Marie-Fleur St-Pierre, Jean-Paul Grappe, Patrice Demers, Stelio Perombelon, Louis-François Marcotte, Jean-François Archambault, Marc-André Jetté, Sœur Angèle, pour n’en nommer que quelques-uns.

20180416_203015

Normand Laprise, qui a reçu le prix Hommage, a mentionné l’importance d’encourager les artisans producteurs, d’aller se procurer des produits dans les marchés fermiers pour qu’ils puissent continuer d’exister. Sans bons produits, il est difficile pour un chef, même le plus talentueux qui soit, de proposer des plats de qualité aux consommateurs et épicuriens que nous sommes.

20180416_205751-1

Normand Laprise, accompagné des filles de Colombe St-Pierre.

Colombe Saint-Pierre, sacrée meilleure chef de l’année a dit à juste titre « ça fait plaisir la reconnaissance… je pense qu’il va falloir travailler fort. Il y a momentum en ce moment, une réception du consommateur, des restaurateurs. Il faudra qu’on se tienne parce que l’an dernier, pour la première fois, le St-Pierre a connu une année déficitaire. On a un problème, mais on a du fun aussi, c’est ça le secret! »

20180416_210649

Effectivement, le monde de la restauration est pavé d’embûches de conciliation travail-famille ou le fait que les restaurants de la Gaspésie et du Bas du Fleuve ne peuvent pas accéder aux produits locaux à des prix raisonnables, exportation oblige. C’est un honneur bien mérité de reconnaître le travail de Colombe, une femme chef qui a choisi d’exercer son métier avec passion et dans la magnifique région du Bas du Fleuve, au Bic plus exactement.

20180207_204058

Colombe St-Pierre est une remarquable chef qui explore le terroir québécois pour le mettre en valeur lors de l’événement Women with knifes

La gang du restaurant de l’année, Le Mousso, est montée sur scène lors de la remise du prix. Dans son établissement de la rue Ontario, le chef Antonin Mousseau-Rivard propose un menu gastronomique unique. Question de gérer les produits du restaurant, minimiser les pertes, mais surtout faire vivre une expérience unique aux épicuriens. Avec l’agrandissement du Mousso, il sera possible de choisir un menu à la carte et avec des chefs qui participent au service. Ces choix sont sûrement dictés par le marché, afin de continuer à exercer ce dur métier impliquant travail acharné et persévérance.

FB_IMG_1524305286161

Crédit photo: Productions N2 Facebook Les prix Lauriers

C’est grâce aux événements comme Montréal en lumière (plats présentés par Antonin Mousseau-Rivard et Atsushi Tanaka lors d’un souper à 4 mains), Omnivore World tour ou au présent Gala de la gastronomie québécoise que le travail remarquable des chefs et artisans gravitant autour de la gastronomie est mis à jour.

Chapeau à toute l’équipe pour cette première édition du Gala de la gastronomie québécoise. À noter qu’un repas 100% québécois cuisiné par des femmes chefs a été servis par les futurs diplômés de l’ITHQ.

20180416_201309-1

Christian Bégin, Anne et Catherine de Cassis Monna et filles, Antonin Mousseau-Rivard.

Pour suivre les nouvelles de Lauriers de la gastronomie québécoise et voir les photos, vidéos et revue de presse de cet événement

FB_IMG_1524305410866

Crédit photo: Productions N2 Facebook Les prix Lauriers

%d blogueurs aiment cette page :