Salade Fattouche à la façon du service traiteur: Les Filles Fattoush

Le 28 mai dernier, j’étais au lancement de service traiteur des Filles Fattoush qui avait lieu à l’Aire commune, rue De Gaspé à Montréal.

Ce projet génial s’inscrit dans le mouvement international d’aide aux réfugiées syriennes pour leur offrir de l’expérience et du travail.  Ce service de traiteur personnalisé dépasse réellement l’expérience culinaire; c’est une opportunité de rapprochement interculturel et d’enrichissement collectif, puisque les cuisinières viennent à la rencontre du client pour discuter de leurs délicieux mezzes parfumés aux épices du Moyen-Orient comme le Sumac et le Zaatar.

En direct de la cuisine des femmes syriennes de l’houmous (purée de pois chiches), du mutabal (purée d’aubergines), du Baba ghanouj, des rouleaux au fromage, kibbé, des yalanji (feuilles de vigne farcie), des fatayers au zaatar, du muhammara.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Crédit photo: Sophie Churlau

Ce service de traiteur est disponible pour les entreprises ou à domicile ou pour des boîtes à lunch corporative. Consultez un exemple de menu ici. Nous avons découvert la richesse de la cuisine syrienne lors du lancement des Filles Fattoush, une petite entreprise ayant une mission sociale d’intégration.

Depuis 2015, le Canada a accueilli plus de 40 000 personnes réfugiées syriennes dont 7 500 se sont installées au Québec, lors de la crise humanitaire provoquée par le conflit syrien.  Il reste qu’il est plus ardu pour des femmes réfugiées de s’intégrer, étant plus souvent victimes de stigmatisation et d’isolement à cause de leur précarité comme le défi d’apprendre le français, le manque de ressources d’aide familiale; la méconnaissance du nouvel environnement social et de la culture de la société d’accueil.

Les co-fondatrices, la documentariste à caractère social Josette Gauthier et la femme d’affaire originaire d’Alep en Syrie Adelle Tarzibachi, voulaient un projet concret qui dépasse les dons de tuques, de manteaux et de billets d’autobus, pour aider véritablement ces femmes à trouver un travail, créer un réseau et tisser des liens.

La trentaine de femmes syriennes et québécoises, francophone, anglophone et arabes, de toute génération font partie des Filles Fattoush.  C’est un modèle d’affaire qui mise sur le travail comme moteur d’intégration sociale des femmes réfugiées syriennes, afin de retrouver leur dignité.  De plus, les horaires flexibles permettent de concilier travail et vie de famille.

N’hésitez pas à encourager et découvrir la cuisine syrienne des Filles Fattoush!

Salade Fattouche, façon les Filles Fattoush
Une recette inspiré de Fuad Alnirabie, chef-propriétaire du restaurant Damas.

  • Laitue romaine émincée
  • 30 feuilles de pourpier ou de la mâche, des épinards, de la salade romaine
  • 1 tomate moyenne coupée en dés
  • 1 concombre libanais
  • 1/4 de poivron rouge coupé en dés de 1 cm
  • 1/4 de poivron jaune coupé en dés de 1 cm
  • 3 radis tranchés très mince
  • 15 feuilles de menthe hachées grossièrement
  • 30 mL de persil plat haché grossièrement
  • 60 mL de graines de grenade

 

  • 2 pitas croustillant, coupé en petits carrés
  • 2,5 mL de zaatar (mélange de thym, de fenouil, de cumin, d’origan, d’anis, de sumac et de sésame)
  • 2,5 mL de sumac
  • Fleur de sel,  poivre du moulin, au goût
  • 30 mL d’huile d’olive

Vinaigrette à la mélasse de grenade

  • Jus d’un citron
  • 15 mL de vinaigre de cidre
  • 5 mL de mélasse de grenade (ou du jus de citron, à défaut)
  • 2,5 mL de sel
  • 80 mL d’huile d’olive ou plus

Préchauffer le four à 350 °F. Dans un bol, mélanger les morceaux de pain avec l’huile d’olive, le zaatar, le sumac et le sel. Déposer sur une plaque à cuisson. Cuire jusqu’à ce que les pitas soient bien dorés et croustillants. Réserver.

Dans un bol, mélanger tous les ingrédients de la vinaigrette, sauf l’huile. Avec un fouet, verser l’huile en filet pour émulsionner. Réserver.

Déposer tous les ingrédients de la fattouche dans un saladier moyen, en réservant quelques grains de grenade. Au service, ajouter la vinaigrette, les morceaux de pita et la grenade réservée.

 

 

 

 

Auteur : Lyne alias Urbaine

Je suis toujours à la recherche d'idées géniales pour ma famille de Fleurs de Macadam!