The Breakfast Club Sequel

Hey, hey, hey ,hey
Ohhh…

Won’t you come see about me?
I’ll be alone, dancing you know it baby
Tell me your troubles and doubts
Giving me everything inside and out and
Love’s strange so real in the dark
Think of the tender things that we were working on

Slow change may pull us apart
When the light gets into your heart, baby
Don’t You Forget About Me
Don’t Don’t Don’t Don’t
Don’t You Forget About Me

Will you stand above me?
Look my way, never love me
Rain keeps falling, rain keeps falling
Down, down, down

Si vous connaissez ces paroles, vous savez que le groupe « Simple Minds » existe et probablement que cette chanson « Don’t forget about me » a été écrite pour le film culte de 1985 « Breakfast Club ».  Une histoire fascinante réunissant cinq adolescents en retenue dans une bibliothèque d’une école de la banlieue de Chicago.

Tout se passe un samedi, précisément entre 7h06 et 16h, lorsque cinq adolescents stéréotypés; un surdoué (the brain), une princesse (the prom queen), un délinquant (the criminal), une détraquée (the basket case) et un sportif (the athlete), sont obligés de se côtoyer avec leur personnalités, disons-le, plutôt divergentes!

Au détour de leurs confidences, ces adolescents découvrent à quel point ils ont plusieurs similitudes et arrivent même à s’apprécier mutuellement.

À l’époque, J’ai vécu une sorte de « Breakfast Club » avec 8 amis académiquement doués, triés sur le volet, pour participer à un quiz télévisuel  « À cause des Mots », une sorte de génie en herbe régional.  Nous avons été littéralement à la merci de notre entraîneur pendant plusieurs samedis en « détention » volontaire, à développer des trucs mémotechniques pour retenir des tonnes d’informations sur la région du Saguenay Lac Saint-Jean, pour faire rayonner un honneur mérité à notre polyvalente lors de notre passage à la Tivi!!!

Apprendre la signification de Pikauba, Mistassini, Chicoutimi, Waskwaswasipi et autres trucs du genre nous a permis de se rappeller la présence amériendienne et d’apprécier la musicalité de ces mots,  comme l’a fait Chloé SainteMarie avec sa chanson Mishapan Nitassina

À l’origine, le réalisateur John Hughes voulait que The Breakfast Club devient une série de film, avec une suite à chaque décennie, mais l’ego des protagonismes et leur divergence d’opinion n’a pas permis de concrétiser « The Breakfast Club Sequels » Volume 1, 2 et 3.

Pour les nostalgiques, voici le lien pour connaître la recette de sandwich Pixy-Stix & Cap’n Crunch cereal alors que Molly Ringwald mangeait des sushis « raw fish », un lunch très innovateur à l’époque!

 

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :