Découvertes Mixologie, Sommellerie, Distillerie et microbrasserie

La distillerie Menaud à découvrir au festival Tribute

De l’eau de source de la Rivière Malbaie, naturellement filtrée, des grains de seigle et de blé de la famille Harvey à l’Iles-aux-Coudre, infusion de botaniques de la région de Charlevoix, voilà les principaux ingrédients de la Vodka et du Gin produits à la Distillerie Menaud.  Il sera possible de découvrir ces produits et de rencontrer les producteurs lors du Festival Tribute : Hommage aux Spiritueux du Québec, un événement ouvert au public le 7 septembre 2019 à Montréal.

Une visite à la Distillerie Menaud

De mon côté, j’ai découvert cette distillerie en visitant leur installation durant nos vacances en famille dans la région de Charlevoix et j’ai eu le privilège de discuter avec un des cinq fondateurs de cette jeune entreprise de la ville de Clermont. Les gens derrière ce projet de Distillerie-Brasserie ont à cœur de valoriser les richesses de Charlevoix, d’utiliser des ingrédients de grande qualité pour faire des spiritueux dans leurs installations depuis septembre 2018.

Dans la démarche du 100% local, les fondateurs vont jusqu’à s’équiper d’un alambic et d’un distillateur provenant du Canada, en Colombie-Britannique.  Un équipement à la fine pointe de la technologie. 

L’importance du design

Dans le projet, rien n’est laissé au hasard; du logo illustrant un draveur au design de la bouteille, lourde et de couleur verte comme la forêt luxuriante et boréale de Charlevoix.  Il n’est pas étonnant que la Distillerie Menaud a remporté le prix « Innovation en alimentation : Emballage de spiritueux » du Conseil de la transformation alimentaire du Québec (CTAQ).

Source Facebook Menaud

Le but ultime des fondateurs de la Distillerie Menaud est de produire des spiritueux exceptionnels à travers une vision à la fois contemporaine et ancrée dans leur terroir.

La source d’inspiration derrière la Distillerie Menaud provient du héros du roman de Monseigneur Félix-Antoine Savard, paru en 1937.  Le maître-draveur nommé Menaud, enraciné dans les réalités de son coin de pays, craint une menace de ce patrimoine, comme si toute sa chair, toute son âme étaient fragilisées.  Toute la terre, les champs, les montagnes et rivières, tous les bois, lacs, sentiers deviennent possédés.

Source Facebook Menaud

Avec d’autres draveurs qui travaillent 16 heures par jour, six jours par semaine, à dompter les billots de bois sur la rivière, nourris de pain, mélasse, lard et des bines « beans », Menaud mène un combat contre l’appropriation du son territoire, respectant la beauté de la nature et prône la sauvegarde de la région par les canadiens français de l’époque.

La Distillerie Menaud incarne cette recherche de liberté et d’indépendance, en respectant la beauté du paysage et en valorisant les produits du terroir de Charlevoix.

Dans le parc des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie où nous sommes allés, il y avait cet extrait du roman « Menaud maître-draveur » qui m’a accroché.

« C’est le pays de Menaud; et j’ai baptisé Acropole le sommet qui domine cette vallée.  C’est que je voyais là une sorte de Parthéon imaginaire sur la frise duquel étaient sculptés les nobles draveurs qui m’ont inspiré.» Félix-Antoine Savard. Carnet du soir Intérieur II.

Martin Brisson

C’est justement un sculpteur qui façonne le bois et forge le métal, qui est devenu le maître distillateur.  Martin Brisson est  la représentation moderne de l’artisan.  L’utilisation de matériaux naturels et industriels diffère peu du nouvel art qu’il pratique, celui de la distillation.


Photographie par Jf Sauvé, direction artistique par Wedge

Les concepteurs de l’alambic et du distillateur à multiples plateaux s’ont venus expliqués le mode d’emploi à l’artiste-sculpteur Martin Brisson.  Passionné de nature, il a appris son savoir-faire méticuleux en étant en symbiose avec cet équipement ultra-moderne et aussi en invitant d’autres distillateurs à venir sur place partager leurs connaissances.

La distillerie est un art et une science encore embryonnaire au Québec.  Un bel esprit collaboratif se cultive dans ce jeune milieu de la réalisation de spiritueux québécois afin de faire rayonner les produits à l’international et dans son propre pays.

Photographie par Jf Sauvé, direction artistique par Wedge

Après de multiples tests et avec la contribution de Fabien Girard, biologiste d’Albanel et spécialiste des usages culinaires de la flore de notre terroir, l’équipe de la distillerie Menaud est arrivé à la création d’une Vodka et d’un Gin qui évoque le côté boréal et salin de Charlevoix. 

J’ai découvert l’univers fascinant de Fabien Girard lors d’une conférence du FoodCamp de l’équipe du chef Francis Laplante, à la tête des fabuleux restaurants Le Légende et La Tanière. 

Enrico Bouchard

Derrière le projet de la Distillerie Menaud, il y a aussi la contribution d’Enrico Bouchard, ingénieur et  entrepreneur.  Après avoir eu l’idée d’établir une distillerie dans la ville de Clermont, Enrico s’est entouré de maîtres pour la faire naître, puis la faire grandir. Il s’assure que Menaud devienne une fierté se trouvant dans tous les foyers. Mémorable dans ses paroles et ses gestes, il apporte sa vision romantique dans chacune de ses décisions. Sa mission a été de fonder Menaud.

Photographie par Jf Sauvé, direction artistique par Wedge

Grégoire Bluteau

Grégoire Bluteau avec un parcours d’enseignement en français, est un pilier de Menaud.  Il incarne la rigueur et la solidité. Après avoir participé à l’élaboration de plusieurs entreprises, il développe la distillerie et la brasserie dans ce qui sera la réaffirmation de sa détermination. Assurer le bon fonctionnement de tous les procédés, c’est ce dans quoi il excelle.  Sa première idée est de tout optimiser.

Photographie par Jf Sauvé, direction artistique par Wedge

Charles Boissonneau

Charles Boissonneau s’est intégré au projet du parrain de sa conjointe Enrico.  Il commence à matérialiser ce que pourrait être la première distillerie et la brasserie de la région. C’est lui qui a doté  Menaud d’une personnalité emblématique et charlevoisienne.  Sa vision est de concrétiser en mots et images le projet

Photographie par Jf Sauvé, direction artistique par Wedge

Gilles Brouard est un français d’origine de la Haute-Savoie se joint au projet et est un atout pour l’exportation.  Faire rayonner les produits Menaud est un de leurs objectifs.

La Vodka Menaud

Distillée à partir de blé et de seigle des terres de l’Isle-aux-Coudres, puis légèrement filtrée à froid pour conserver son caractère, la vodka Menaud a une texture soyeuse et fine accompagnée d’arômes de grains et de fruits secs.  Le seigle ajoute une dimension épicée et minérale distinctive des vodkas traditionnelles.  La double distillation de cette vodka permet d’atteindre une pureté absolue.

L’infusion avec des herbes locales confère des notes à la fois citronnées, salines et résineuses, à l’image de la région de Charlevoix. C’est un type de Vodka Menaud à savourer sur glace par exemple pour profiter du côté moelleux et souple.  Pour les fondateurs de Menaud, avoir une vodka de cette qualité permet de redonner les lettres de noblesse. À mon avis, cette vodka suggère de faire de délicat mélange mixologique afin de conserver ces arômes subtils.

Le Gin Menaud

Le gin est fabriqué aussi avec du blé et du seigle de l’Isle-Aux-Coudres, des grains cultivés dans ce coin de pays.  Le lieu géographique particulier de l’île crée un microclimat qui diffère grandement de la région. L’humidité du fleuve, l’air salin entourant les terres et l’arrivée tardive des saisons s’expriment dans un grain iodé, brut et serré.

Le gin possède des effluves de peuplier baumier et de verveine sauvage.  Les notes boisées et citronnées s’harmonisent grâce aux arômes salins provenant de la filtration à la salicorne.  Des touches florales et poivrées sont dignes de la fraîcheur de la brise.

Le gin Menaud est quasiment un produit 100% local.  Car il  est impossible de fabriquer un gin québécois avec les baies de genièvre du Québec, sans menacer l’extinction de cette plante indigène  fragile.  Les autres aromates évoquent un périple à la découverte de la flore québécoise distribuée par Gaspésie Sauvage; Coriandre, vinaigrier (sumac), salicorne, épine vinette, baie de sureau, carvi sauvage, peuplier baumier, fleur ambrée, épinette noire, épiaire de Byzance, racine de céleri, poivre d’aulne.

Histoire de la bouteille

En écrivant cet article, j’ai été fasciné par la démarche de l’entreprise, après que Charles Boissonneau m’a expliqué l’importance du design de la bouteille.  Comme des billots de bois, les bouteilles de Vodka et de Gin Menaud sont lourdes et possèdent du caractère.  La teinte émeraude et bleutée  unique fait écho  à la forêt luxuriante et boréale de Charlevoix.

Le concepteur du design parle ainsi des bouteilles de Menaud.

 « Concilier tradition avec modernité constitue ici notre stratégie de design, alliant sagesse et audace comme piliers du processus de création.  La bouteille se veut un hommage au contraste; Une démonstration de l’élégance qui survient lorsque les contraires s’harmonisent.  Le caractère stable et robuste que procure le cylindre, ici accentué par une pente de 1º, est en rupture avec le langage sensuel de la partie supérieure de la bouteille. Subtile, elle incorpore quant à elle un détail déterminant qui relève par ailleurs d’une prouesse technique: un bouchon intégré de façon parfaitement continue à la courbe. La forme proposée évoque tout autant le billot du draveur que le raffinement de la micro-distillerie.

On opte pour un bouchon en bois, afin de préserver une qualité organique en référence aux codes de la tradition. Le design du pied célèbre le contenu de la bouteille en l’élevant du sol tel un podium. L’aspect translucide du verre permet par ailleurs d’admirer l’épaisseur généreuse de la base. Sous le pied de chaque bouteille se cache une phrase différente extirpée de l’oeuvre littéraire de Felix-Antoine Savard: Menaud, maître-draveur.

La couleur du verre est en bris avec le “vert bouteille traditionnel”, évoquant un mélange entre le vert des forêts denses de Charlevoix, et une pointe de bleu du fleuve. Même l’étiquette puise dans ses racines littéraires, présentant l’information tel un livre, en débutant avec le titre, suivi du contenu, puis l’auteur.

Notre proposition de design aspire à autant de pertinence que d’élégance. Nous avons confiance en une clientèle sensible et à l’affut.
C’est un exercice sur le fond, où la forme n’est que la résultante. Plus qu’une bouteille, c’est aussi et surtout le fruit d’une collaboration passionnée entre rêveurs.
» – Justin Lortie Wedge Work

Création du logo

Le logo évoque le dur labeur des draveurs et devient emblématique sous la plume de l’illustratrice Mireille.  L’impact visuel est fort important pour les fondateurs de Menaud.  Pour en savoir plus sur la démarche créative, je vous invite à lire cet article sur la création du logo de la distillerie Menaud. 

The process behind a tiny illustration. Mireille St-Pierre Hello Mireille.

Futur projet avec le temps

Un whisky se prépare dans ces barriques.  Un projet à suivre de la Distillerie-Menaud. 

D’ici là il est possible de faire une visite des installations en consultant leur site web.  De plus, il y a le volet brasserie avec la création de bières artisanales qui utilisent des produits locaux et plusieurs éléments de la flore charlevoisienne.

Victime de leur succès, leurs bières sont diffusées qu’à Clermont.  Il est possible de trouver leurs gammes de bières Drav en magasin.

Distillerie-Brasserie Menaud

  • 1, rue de la Rivière
  • Clermont, Charlevoix

À propos du Festival Tribute : Hommage aux spiritueux du Québec

Les 6 et 7 septembre prochain, le Palais des congrès de Montréal sera l’hôte du premier Festival TRIBUTE — Hommage aux spiritueux du Québec ! Ce salon souhaite devenir le plus grand rassemblement de producteurs d’alcools québécois et il fera le bonheur des amateurs, avec pour objectif de faire rayonner les micro-distilleries d’ici.

C’est l’équipe oeuvrant derrière la populaire compétition de mixologie Made With Love qui a été recrutée par l’Association des micro-distilleries du Québec (AMDQ) et l’Association des distilleries artisanales du Québec (ADAQ) pour se charger de l’organisation du Tribute.

Le vendredi est une journée ouverte seulement aux professionnels de l’industrie, tandis que le Palais des Congrès ouvrira ses portes au public désireux de déguster les alcools sur place le samedi 7 septembre de 12h00 à 23h00.  C’est une occasion unique de rencontrer les producteurs d’ici de près d’une trentaine de distilleries.

De plus, pendant les deux journées, les visiteurs pourront assister à diverses démonstrations, profiter d’une station avec des bouchées créées par Stéphane Modat, gagnant du meilleur chef lors de la dernière édition du Gala Les Lauriers de la gastronomie et découvrir des cocktails mettant de l’avant le terroir québécois.

LES 29 DISTILLERIES PARTICIPANTES :

1769 Distillery – Absintherie des Cantons – AIR distillerie – Blue Pearl Distillery – Cirka Distilleries – Distillerie de Montréal – Distillerie de Québec inc – Distillerie des Appalaches – Distillerie du Fjord – Distillerie du Quai – Distillerie du St-Laurent – Distillerie les Trois Lacs – Distillerie Mariana Distillerie Menaud – Distillerie Mitis – Distillerie Noroi – Distillerie Pirate du Nord – Distillerie Puyjalon – Distillerie Shefford – Distillerie Stadaconé – Distillerie Vice et Vertu – Distillerie Wabasso – Domaine Lafrance – La Distillerie Fils du Roy – La Chaufferie – Les Subversifs – Maison Sivo – O’Dwyer Distillery – Oshlag –

Pour plus d’infos, rendez-vous sur le site Web de l’événement.

INFORMATION PRATIQUE

  • Industrie, acheteurs et médias : vendredi 6 septembre, de midi à 17 h
  • Grand public (18 ans et plus) : samedi 7 septembre, de midi à 23 h
  • Prix du billet : 12 $ (l’achat de coupons sera requis pour les dégustations)
  • Site Web : www.spiritueuxqc.com Lieu : Palais des congrès de Montréal (1001, place Jean-Paul-Riopelle, Montréal)