restaurant Restaurants et chefs Voyages et escapades

Découvrir Copenhague à travers la gastronomie

Une façon de découvrir la culture d’un pays est certainement de s’imprégner de la gastronomie locale. Le Danemark a une culture gastronomique à la fois moderne et respectueuse de ses racines. Copenhague a été un très beau terrain de jeu pour planifier des escapades gourmandes lors de notre périple familial. Pour découvrir Copenhague à travers la gastronomie, voici 5 restaurants à ne pas manquer durant un voyage de trois jours.

J’ai choisi des restaurants situés dans différents quartiers de la ville de Copenhague et dont les menus pouvaient plaire aux membres de notre famille de type DITK (a.k.a. Double Income Two Kids).

Première soirée à Copenhague

Dès notre première soirée, nous avons pris le pouls du quartier Vesterbrø en allant à un restaurant japonais, à distance de marche de l’hôtel Ottilia.

Jah Izakaya & Sake bar

Gasværksvej 21, Vesterbrø, Copenhague

Parmi la vaste scène culinaire de Copenhague se trouve le premier pub gastronomique japonais Jah Izakaya

J’ai choisi un restaurant aux accents japonais comme premier repas dans la ville de Copenhague car ce type de cuisine est familier pour nos enfants qui raffolent de Gyozas et poulet Karrage.

L’ambiance ultra « cozy » de ce petit restaurant est absolument charmante, avec une « play list old school » grâce à la table tournante et ses disques vinyles.  Le décor est minimaliste avec des lanternes rouges.

Le menu propose une multitude de petits plats à partager, préparés avec soin et mettant en valeur les produits locaux, biologiques du Danemark avec des accents japonais.  Pour accompagner le tout, des limonades, des Sakes natures non-filtrés aux nuances sophistiqués et surtout de l’eau pétillante à volonté pour 25 DKK pour toute la table (voir mon commentaire sur le prochain restaurant Barr).  

Gyoza au porc biologique. Une véritable référence pour mon fils qui décode fort bien les menus, ma foi!

Le croustillant poulet Karrage en arrière plan et le Gyutataki est carpaccio de bœuf biologique, vinaigrette au yuzu et mayonnaise japonaise. Que du bonheur pour les papilles.

La délicatesse d’un bouillon Dashi dans ce plat: Buta no kakuni à base de flanc de porc, asperges blanches et œuf poché.

Un verre de Saké pour accompagner le savoureux poisson grillé et daikon: Yakizakana!

Un bibimbap vegan au miso, débordant de légumes.

La grande finale: Des rhubarbes, crème fraîche, surmonté de framboises et d’un sorbet de fraises.

Le serveur, courtois et attentionné, s’est intéressé à notre carnet d’adresses gourmandes à Copenhague.  Il connaissait même le sommelier de Admiralgade 26!  Cette sympathique discussion confirmé un de mes choix. Cette première soirée inaugurait fort bien notre périple sous le signe de l’épicure.

Au retour, nous avons fait une agréable promenade dans le long parc rectangulaire au sud de l’avenue Halmtorvet, dans le district Kødbyen, l’ancien quartier des abattoirs surnommé « Meatpacking District ».

Deuxième soirée à Copenhague

Notre journée a très bien démarré avec le copieux petit-déjeuner regorgeant de cafés de style barista, des produits frais et biologiques à l’hôtel Ottilia. En raison du décalage horaire Montréal-Copenhague, nous avons seulement pris une pause alimentaire que le le soir venu, après une longue journée de 12 kilomètre à pieds pour visiter le château de Rosenborg, les jardins du rois, le palais d’Amelienborg et Nyhavn. Pour en savoir, je vous invite à lire mon article Trois jours à Copenhague.

Barr restaurant

93 Strandgade, Christianshavn, Copenhague

Dans l’ancien local mythique que le restaurant Noma a occupé jusqu’en 2017, se trouve le restaurant Barr. Le restaurant fait d’ailleurs partie de la constellation du Noma. Le nom « Barr » est un vieux terme irlandais signifiant « Culture » et  un terme nordique désignant « Orge ».

À partir des canaux de Nyhavn, le pont piétonnier Inderhavns Broen permet d’accéder à la péninsule où se trouve ce restaurant situé sur le bord de l’eau. Le local est empreint d’une sérénitude certaine, alors que le service est animé et dynamique.

Ici le chef Thorsten Schmidt réinvente les classiques de la cuisine de la cuisine danoise et de la zone de la mer du Nord (Norvège, Suède, Danemark, Pologne et Allemagne. Les plats réconfortants de l’enfance sont revisités tout particulièrement.

J’ai d’ailleurs délibérément choisi ce restaurant en raison des schnitzels, pour mon fils de 11 ans. L’escalope de porc à la viennoise, servie avec raifort, sauce au anchois et asperges locales, un produit de saison.

Schnitzel Weiner Art, raifort, anchois, asperges

Au départ, le prix du schnitzel à 210 DKK m’a semblé raisonnable pour la ville de Copenhague, reconnue pour ses coûts élevés. Mon fils a adoré!

Une entrée subtile et délicieuse, la Frikadelle de poissons (morue et perche), asperges blanches marinés et caviar Kalix Löjrom.

Ensuite comme entrée, nous avons aussi choisi le maquereau fumé, pickled d’artichauts, tomates, vinaigrette de baies d’églantier. À noter que le pain était digne des meilleurs boulangers de Montréal.

Une autre entrée très fraîche avec le crabe servi dans sa carapace, gaufre belge, accompagné d’une sauce yaourt et fraises vertes.

Un des meilleurs plats de résistance était le poisson entier parfaitement grillé, la plie (plaice en anglais) en l’occurrence, avec une sauce audacieuse à base de crevettes nordiques et tomates vertes. Un plat magistrale au goût de beurre qui évoque les repas d’enfance après une journée de pêche à la ligne, alors que le poisson frais est cuit à la poêle avec du beurre!

Par contre côté plat principal, le choix était plutôt limité, avec deux à partager sur quatre. Nous avons opté pour un généreux plat de morue de la pénisule Helgenæs, épinard et une sauce au blé.

Pourtant prometteur, la morue s’est avéré avoir un goût trop prononcé en terme d’unami.  De plus, le fait que prix de ce plat s’élevait à 595 DKK (pour 2 personnes), le retour sur l’investissement n’était pas au rendez-vous. Un plat généreux certes, mais difficile à savourer (nous avons été trois pour tenter de finir l’assiette).

Puis la ronde des desserts a fait oublié la morue avec un subtil plat de rhubarbe, crème fraîche et glace à la vanille.

Le pancake aux fraises à la présentation un peu approximative était bien, mais sans plus.

Je fais rarement des comparaisons mathématiques lorsqu’il est question de gastronomie. Sachez que le restaurant Relae (étoilé Michelin) du quartier Nørrebro offre un menu 5 services, avec du pain provenant de la boulangerie- pâtisserie Mirabelle de Christian Puglisi, de l’huile d’olive et l’eau inclus pour 495 DKK.

Alors que le menu au restaurant Barr, situé dans un quartier touristique, pour 4 services s’élevait à 600 DKK (tartare, maquereau, plat de morue ou poulet et un dessert).  Les bouteilles d’eau se sont succédé sur la table au coût de 25 DKK chacune et ce, sans avis préalable pour un total de 125 DKK d’eau. Le manque de transparence du menu sur ce point nous a laissé dubitatifs.

En rétrospective, nous avons donc un bémol quant à cette expérience au restaurant Barr. Le décor fabuleux, l’ambiance agréable et des plats bien exécutés dans l’ensemble sauf pour la morue justifient-ils une facture aussi onéreuse? Chose certaine, il faut être prêts à délier les cordons de la bourse ou se contenter d’un seul plat en espérant que le goût soit au rendez-vous.

Troisième jour à Copenhague

Tel que j’ai écrit dans mon article Trois jours à Copenhague, notre programme était de découvrir la cuisine inventive du bar à vin Manfreds durant l’heure du midi. 

Manfreds

Jægersborggade 40, Nørrebro

Dès que j’ai débuté mes recherches sur Copenhague, aller découvrir le tartare au restaurant Manfreds est devenu une priorité. C’est pourquoi j’ai planifié de passer un moment dans le quartier Nørrebro, hors des circuits touristiques.

Le concept du Manfreds, comme celui du Relae, est basé sur un menu inspiré de la terre à la table. La Ferme des Idées, située à 40 minutes dans la région de Copenhague permets aux deux restaurants d’établir un dialogue avec les producteurs et d’obtenir des produits ultra-frais, récoltés le jour même.

La proposition du bar à vin nature et restaurant est de partager des plats avec une philosophie « Family style ».

Le pain qui vient de la boulangerie Mirabelle est vraiment formidable et digne de mention.

Le tartare vaut vraiment le détour. Il s’agit d’une variante du plat du chef Christian Puglisi du restaurant Relae, avec une coupe particulière du boeuf, du cresson frais, une crème à la moutarde et une chapelure de pain de seigle. Un plat Signature que nous avons partagé avec bonheur et nous en rêvons encore!

Rillette de porc Hindsholm fait maison et marinade daikon, un plat facile à partager.

La force du Manfreds réside dans les légumes ultra-frais qui sont mis en valeur. Ici des bébés carottes Svanholm, des fleurs de courgettes et une sauce romesco. Du grand art!

Mentionnons que les plats s’ont apportés selon le tempo en cuisine, question d’efficacité et de limiter les coûts. La cadence du service permet de passer un fort bon moment autour d’un verre de vin nature ou d’une limonade pour les enfants!

Les pommes de terre nouvelles étaient débordantes de saveur; un accompagnement parfait pour la pièce de résistance, le porc Hindsholm, bettes à carde et pétales d’oignons brûlés.

Les desserts simples et efficaces. Panna cotta de chèvre, granité de pomme et fleur d’Edelweiss. Oui! il y avait ces jolies fleurs délicates dans plusieurs de nos plats à Copenhague 🙂

Mousse au chocolat et huile d’olive.

Ce jour-là, nous avons vraiment expérimenté le rythme « Hygge », célèbre terme danois qui signifie « Se sentir bien, confortable », hors des circuits touristiques habituels

Admiralgade 26

Admiralgade 26, Indre By Copenhague

Dès l’arrivée, nous avons été ravis par le décor de cette maison historique de 1796, devenu bistrot et bar à vin. Ce lieu décontracté est meublé comme dans un appartement chic.

Dans l’une des parties les plus anciennes de la ville de Copenhague, dans le quartier historique Indre By, Admiralgade 26 est située sur la rue éponyme. Le menu proposé est moderne, attrayant et adapté pour une sortie avec des enfants.

Une jolie assiette avec du hummus et du pain naan fait maison a fait fureur auprès de mes jeunes épicuriens.

Verdures et calmars frais, avec du jaune d’oeufs déshydraté, une superbe entrée qui donnait le ton du menu.

Une plat de poisson, la plie (plaide en anglais) avec des légumes de saison, pommes de terre nouvelles, asperges et petits pois.

Une côtelette de porcelet, mousse au sésame, choux-fleur, surmonté de verdures.

Un plat de pâte Cacio & pepe a ravit nos enfants. Simple, efficace, satisfaisant, des points importants lorsqu’on voyage avec des enfants! Paroles de Foodista.

Pour profiter d’un verre de porto dans ce magnifique bar à vin qu’est l’Admiralgade 26 nous avons prolongé le repas en savourant un plateau de fromages des régions scandinaves.

Des desserts agréables et originaux. Verrine de tarte au citron. Bol de chocolat blanc, sorbet de lait et céleri-rave.

Dans ce lieu remarquable, nous avons profité de l’atmosphère relaxante et vibrante; un bel exemple qui illustre la force du design danois.

Smorrebrod

Nous avons quasi quitté Copenhague dans découvrir les célèbres Smorrebrod. Heureusement il y avait un comptoir Aammans à l’aéroport.

Aamanns

Des tartines sur du pain de seigle garnis de salade de poulet, pommes de terre et poissons frits.

Les liqueurs de baie et de rhubarbe ont fait le bonheur de nos enfants!

« Hygge » le secret danois pour une vie heureuse, devenu à la mode en 2016, existe depuis les années 1800. Nous l’avons vraiment expérimenté en explorant la nouvelle cuisine nordique à Copenhague.

Ce voyage nous donne vraiment le goût de retourner au Danemark pour vivre d’autres expériences et profiter des attraits de l’hiver!

Pour voir des nouvelles de Mission Cuisine Urbaine, je vous invite à me suivre sur Facebook ou Instagram ou vous abonner à mon blogue par courriel.